Avec 12 000 professionnels de santé inscrits, et 1 000 nouveaux praticiens chaque mois, Doctolib est l’une des plus belles réussites françaises dans le secteur de la e-santé. Fondée en 2013, elle facilite la recherche et la prise de rendez-vous pour les patients. Côté professionnels de santé, elle propose notamment de réduire le temps de gestion de secrétariat, diminuer les rendez-vous non honorés, maitriser la visibilité sur internet et créer de nouveaux services pour les patients (rendez-vous 24h/24, 7j/7, suivi des consultations…).

Julien Méraud est Directeur Marketing chez Doctolib, qu’il a rejoint il y a 2 ans.

Mettons les 2 pieds dans le plat pour commencer : le docteur connecté, mythe ou réalité ?

On caricature en disant que les médecins ne sont pas connectés, mais ils le sont quasiment tous, comme le reste de la société. Ils utilisent internet au quotidien, pour des raisons personnelles ou professionnelles. Il faut prendre davantage de recul et se pencher sur le secteur : c’est plus globalement le secteur de la santé qui est peu connecté par rapport à d’autres. Par exemple, la prise de rendez-vous et la réservation en ligne existent dans la restauration, l’hôtellerie et le secteur des transports depuis longtemps.

Les raisons du retard spécifique à la santé sont multiples mais force est de constater que le secteur se dynamise, encouragé récemment par les pouvoirs publics mais avant tout stimulé par de multiples initiatives privées visant à développer le numérique dans la pratique médicale.

Les 3 ans d’existence de Doctolib vous offrent un certain recul, avez-vous observé une évolution de la relation des médecins installés au numérique ?

Notre expérience nous a fait comprendre que certes, une petite partie de l’appétence grandissante des médecins pour le numérique est conjoncturelle, mais ce qui fait émerger une solution plutôt qu’une autre, c’est avant tout la qualité et l’intérêt du service. Si on propose aux professionnels un service qui améliore leur quotidien, ils l’adopteront. La difficulté n’est pas dans leur capacité à se tourner vers le numérique, mais dans l’efficacité du service rendu.

Tous les nouveaux utilisateurs de Doctolib ont été cooptés par un de leurs confrères. Il faut reconnaître que dans ce milieu, c’est le bouche à oreille qui est le plus fort. En cela, il est indispensable de prouver la valeur de son service.

Est-ce que l’arrivée du numérique a fait évoluer significativement la relation médecin — patients ?

Aujourd’hui, la relation médecin — patients est encore très traditionnelle. Ne serait-ce que dans les outils : on utilise le carnet de santé, les ordonnances papier… Peu de supports sont numérisés. Les initiatives et alternatives connectées existent, mais on ne voit pas encore de changement de fond.

Pourtant, il y a un vrai intérêt à intégrer le numérique dans la relation médecin — patients. Pour les patients d’abord, cela permet d’absorber certains obstacles qui minent leur parcours : en amont avec la prise de rendez-vous, mais aussi pendant le suivi. En optimisant les points de contact avec les professionnels de santé, le numérique permet un gain de temps évident et redonne aux patients la maitrise de leurs parcours de soin.

Cela rejoint les avantages pour les praticiens : une meilleure proximité et compréhension de leurs patients, et une amélioration de leur productivité (moins de tâches administratives, plus de rendez-vous honorés, des informations de suivi plus qualitatives…). Même si ce n’est pas encore tout à fait le cas, la relation médecin-patients va incontestablement évoluer parce que le secteur prend conscience des possibilités offertes par le numérique et que les attentes deviennent chaque fois plus importantes.

Et l’avenir de Doctolib, vous pouvez nous en parler ?

Aujourd’hui en France, 75% des médecins qui proposent la prise de rendez-vous en ligne le font via Doctolib. C’est un très bon début mais dans le même temps, seulement 5% des professionnels de santé proposent la prise de rendez-vous en ligne dans notre pays : notre marge de manœuvre est donc encore très grande. Vous l’avez compris, nous allons donc éviter de nous disperser et nous continuerons à concentrer nos efforts sur notre solution de prise de rendez-vous en ligne.

On réfléchit également à d’autres fonctionnalités autour de la prise de rendez-vous. On a lancé il y a quelques semaines la liste d’attente, pour être prévenu si un rendez-vous est annulé. D’autres services tout aussi astucieux vont arriver !