Passionné de digital et d’innovation disruptive, Rémy Teston mène plusieurs vies au service du digital santé depuis plus de 10 ans. Il travaille dans le secteur de la communication et du marketing digital, successivement pour les laboratoires GlaxoSmithKline, Pfizer et Sanofi. Une deuxième activité en parallèle, pour son blog Buzz e-santé, lui permet de partager sa passion, aujourd’hui devenu un outil de veille référent sur le digital santé. Sa 3ème vie consiste en l’animation d’un think tank, né sur les réseaux sociaux : le Club Digital Santé, avec plus de 6 000 membres à ce jour, preuve de la place croissante de l’e-santé dans les débats.

Réseaux sociaux et pros de santé, ça vous évoque quoi ?

Les réseaux sociaux ont pris une place croissante dans la vie des Français ces dernières années et les professionnels de santé n’y échappent pas. De plus en plus de communautés de médecins, infirmières ou pharmaciens émergent sur le web, de façon structurée avec des plateformes dédiées ou de manière spontanée et informelle sur les médias sociaux existants (groupe Facebook ou LinkedIn, hashtag sur twitter…).

On constate aujourd’hui que les professionnels de santé, et notamment les médecins, ont de moins en moins de temps pour se rencontrer et échanger. Les réseaux sociaux répondent donc à différents besoins importants comme : la création d’un réseau de partenaires dans le cadre des parcours de soins (notamment pour les jeunes praticiens), le partage d’expertise et d’avis sur des cas patients ou l’échange autour de l’actualité médicale.

Vous qui observez les réseaux sociaux en santé depuis longtemps, quelle est votre opinion sur l’éco-système actuel ?

Certes, les réseaux sociaux ont pris une place croissante mais les professionnels de santé ont encore du mal à se les approprier. Selon le dernier baromètre Cessim fin 2015 sur les usages digitaux des professionnels de santé, seuls 14% des médecins généralistes et 11% des pharmaciens déclarent se connecter à des réseaux dans le cadre de leur pratique professionnelle.

Concernant l’écosystème actuel, il n’y a pas de réseau social référent qui émerge aujourd’hui. Cependant de nouveaux réseaux sociaux thématiques apparaissent comme Medpics. En parallèle, les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés par les établissements de santé qui utilisent notamment Facebook, Twitter ou YouTube pour enraciner l’hôpital auprès de ses patients, donner de la visibilité aux actions menées, promouvoir ses services ou relayer les campagnes de santé publique ou tout simplement partager de l’information.

Et si on regarde devant nous, quelle grande évolution (numérique bien sûr) va bouleverser les professionnels de santé selon vous ?

Dans les mois et années à venir, les professionnels de santé vont devoir faire face à de nouvelles révolutions technologiques qui vont bouleverser leur pratique.

Dans le cadre de la formation initiale ou de la formation continue, la simulation numérique en santé, et notamment la réalité virtuelle, va transformer les modes d’apprentissage du professionnel de santé. L’impression 3D et le bioprinting (alliance de l’impression 3D et de matières vivantes) vont impacter la médecine avec le développement de solutions thérapeutiques personnalisées, la mise au point de greffons artificiels (de cornée, de peau…) en médecine régénératrice ou la création de nouvelles prothèses.

Mais les deux plus grandes évolutions vont être l’Intelligence Artificielle et le Big Data.

Les professionnels de santé doivent faire face désormais à un afflux de données, émanant des objets connectés de suivi utilisés par les patients ou des institutions qui ouvrent leurs données (open data), sans savoir vraiment comment les analyser ou les utiliser. Cela impacte notamment la relation avec les patients qui adoptent plus rapidement ces nouveaux usages, et leur pratique au quotidien.

L’intelligence artificielle, et les data de santé qui en sont issues, vont révolutionner le diagnostic et le traitement. Elle va notamment permettre de créer des systèmes experts qui seront utilisés par les acteurs de santé pour les aider à la décision médicale et au diagnostic. On le voit aujourd’hui, tous les GAFAMS (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, Samsung) et autres grands acteurs technologiques investissent dans ce domaine. On peut citer IBM avec son supercalculateur Watson ou Google avec ses filiales Verily ou Calico.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *