Rencontre avec l’administrateur de la page facebook “Et ça se dit médecin” (@ecsdmed), étudiant en 5e année de médecine. Cet article est le 3e opus de notre série Dessine moi ta fac idéale(#DMTFI) en partenariat avec l’ANEMF.

Comment t’es venu l’idée de faire médecine ?

Je suis arrivé en Terminale et lors de la fameuse procédure Admission Post-Bac j’étais hésitant entre une première année commune aux études de santé (PACES) ou une classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et je me suis finalement embarqué pour la PACES ! A l’époque je ne connaissais aucun médecin à part mon généraliste, je me suis juste dit je veux faire ça !

Certains s’engagent avec une idée relativement précise de la spécialité qu’ils souhaiteraient exercer plus tard et beaucoup aussi changent d’idée en cours de route, font des rencontres, découvrent des spécialités qu’ils ne connaissaient pas, peu ou mal. Pour ma part, je n’ai pas encore d’idée précise de la spécialité que je souhaiterais faire. Le champ des possibilités est très vaste, c’est aussi ce qui fait la richesse de notre exercice même s’il arrive de se sentir parfois un peu perdu ^^. L’avènement d’internet et du numérique rendent le savoir accessible partout et tout le temps (sous réserve d’une connexion).

Peux-tu nous parler de ton année de PACES ?

Mon année de PACES ? Sans détour, je l’ai très mal vécu. Je suis passé du lycée où j’étais très entouré avec beaucoup d’amis d’enfance et un environnement familial protecteur à un 16m² solo avec du temps à ne consacrer à presque personne. Heureusement, mes parents et des amis venaient occasionnellement me rendre visite malgré la distance et ma charge de travail. Il faut énormément travailler, je pense que ce n’est compréhensible que si on l’a vécu. Dans ma faculté, l’ambiance était (et est toujours) bon enfant, tout le monde se connaît plus ou moins et l’environnement est sain !

Et ton externat se passe comment ?

L’externat c’est le début des choses sérieuses, on t’apprend à voler. Tu es tiraillé entre stage, cours, révisions et “vie sociale”. Rapidement tu te fais un groupe d’amis qui vont traverser avec toi les 3 prochaines années. J’ai la chance d’avoir un belle bande de copains ! Je pense que c’est essentiel d’avoir des personnes sur qui tu peux compter, personne n’est sans faille. Il est bon d’avoir quelqu’un pour nous remonter le moral et c’est aussi très instructif de pouvoir rendre la pareille. Ca aide aussi à se motiver dans l’effort !

Et si on parlait de ta fac idéale ?

Dans ma fac idéale il n’y aura plus ou peu de cours magistraux traditionnels. L’enseignement se ferait donc en “e-learning” c’est à dire avec des cours disponibles en ligne et des ED/TD/TP à la faculté en groupes de 50 maximum. Cela consisterait à une mise en pratique de ces cours au travers de cas cliniques, de simulations, de jeux de rôles, de vidéos,… Ce ne serait donc plus tant le savoir de l’enseignant qui serait mis à contribution mais son savoir faire, son savoir-être et surtout son expérience ! Enfin, les enseignements optionnels s’ouvriraient sur d’autres horizons que sur celui de la Médecine en proposant des UE lié à la Littérature, les Arts, les Sciences, la politique, l’Histoire, la Culture etc. C’est important de s’ouvrir, de s’intéresser à d’autre chose qu’à notre quotidien, pour ne pas être des “instruits incultes”.