Chanfi Maoulida est Directeur de projet digital à l’AP-HP. En parallèle de ce poste, il mène une activité de veille (co-animateur du Think Tank Club Digital Santé #hcsmeufr et également bloggeur sur http://hopitalweb2.com), mais également de « militant », pour que les nouvelles technologies aient leur place dans l’hôpital public. C’est à ce titre qu’il a répondu aux questions de MedPics.

Si on se projette dans le futur, comment imaginez vous l’hôpital de demain ?

De 2017 à 2030, l’hôpital de demain m’apparait comme la conquête de l’Ouest, mais sans tuer les Indiens. Il faut rester vigilant pour ne pas intensifier l’apparition d’un hôpital à deux vitesses, entre un hôpital connecté et non connecté, entre des patients connectés et des patients démunis, entre des professionnels de santé connectés et les gardiens de l’orthodoxie. C’est un défi technologique mais le facteur humain est primordial. C’est une culture du changement à insuffler petit à petit sur le terrain et en y mettant les moyens et les ressources. Ce sera l’hôpital de l’usage et de l’expérience vécue par les soignés et les soignants. C’est un hôpital où le patient passera de moins en moins de temps. On capitalisera sur les réalisations du terrain pour impulser et légitimer des réorganisations qui mettent le patient au centre de son parcours de soins. Ce qui poussera à mettre en œuvre des solutions souples, évolutives et réactives.

Comment l’hôpital pourra-t-il s’organiser pour imaginer des partenariats gagnant-gagnants avec les différents acteurs majeurs de la santé connus ou à venir ?

Ce sera un hôpital ouvert et qui pourra proposer des terrains d’expérimentations pour les startups ou PME innovant en santé. Le numérique renverse les business models, pousse à la mutation ou à l’évolution des règles et des lois. L’hôpital doit oser à être imaginatif en terme de partenariat.

Enfin, un nouveau modèle économique et de financement de l’hôpital est à construire d’ici là. Mieux vaut anticiper dès maintenant sinon cela risque être douloureux.

Ce futur proche offre des opportunités à l’usager du service public hospitalier : celle de choisir sans restriction ses services, ses contacts ou contenus. Ce qui constitue un véritable changement et un défi pour l’hôpital public. Là où, par exemple, l’offre de soins s’avérait intangible et structurée par l’hôpital dans le passé, elle deviendra flexible et adaptée en fonction des cibles visées. Le patient est en attente de nouveaux services, notamment destinés à rompre son isolement à domicile et à lui éviter des déplacements inutiles. Uber n’est pas loin si l’hôpital ne bouge pas intelligemment et vite !