Cédric Bourgeois est étudiant en 6ème et dernière année d’odontologie. Il travaille actuellement au CHU de Montpellier comme « externe », en tutorat avec un médecin urgentiste.

Quel est votre usage de MedPics ?

Je publie autant que j’observe et pose des questions. Disons qu’au départ, il n’y avait pas de cas en chirurgie dentaire. J’ai donc commencé à publier ceux qui me semblaient intéressants, je savais qu’ils auraient leur place dans une application médicale. Nous, chirurgiens dentistes, pouvons faire des diagnostics complémentaires des médecins. Ces publications, qui sortaient un peu de l’ordinaire, ont été plutôt bien reçues et ont permis aux médecins d’échanger sur des choses qu’ils n’ont pas l’occasion de pratiquer régulièrement.

Vous êtes donc un OVNI bienvenu sur MedPics ?

Dans l’ensemble, oui et je suis ravi de partager ce que je vois et connais sur cette appli. Je crois beaucoup en l’idée du partage pluridisciplinaire, bénéfique pour le patient. Pour autant, il existe encore une catégorisation des professionnels de santé. Les médecins ont une vision réductrice de notre profession. Je me rappelle notamment d’un cas que j’avais publié : une fausse route suite à un appareil dentaire avalé où, en commentaire, on avait directement catégorisé ça en « dentaire » au vu de mon profil… C’est dommage car il y a énormément de ponts entre nos deux professions, la preuve en est avec ma présence sur MedPics !

Vous souvenez-vous d’un cas où MedPics vous a été particulièrement utile ?

Je pense à plusieurs cas de traumatologie maxillo-faciale. Je les mets de côté et on les débriefe ensuite avec mes collègues chirurgiens maxillo-faciaux, chirurgiens oraux, urgentistes ou plasticiens. On se demande alors comment on aurait réagi, les techniques qu’on aurait mises en œuvre : c’est très instructif et challengeant.

« La bouche est un point d’appel intéressant en médecine », pouvez-vous développer cette idée ?

Quand on fait un examen buccal avec attention, on peut identifier diverses pathologies, comme une anémie, des toxicomanies ou un départ de foyers infectieux. Les cardiologues demandent un avis dentaire avant la chirurgie : c’est bien la preuve de l’importance de la bouche. Son examen peut donner beaucoup d’indices, il ne faut pas la sous-estimer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *